Le commerce alimentaire sur internet (étude Benchmark)

CCM Benchmark Institut vient de publier sa nouvelle étude : Le commerce alimentaire sur Internet. Celle-ci s’appuie sur les résultats d’une enquête en ligne menée auprès de 1 046 internautes français, membres du panel CCM Benchmark. Cette étude décode les nouvelles pratiques des consommateurs et leur point de vue sur les nouveaux services. Elle fournit les chiffres clés du commerce alimentaire sur Internet pour les entreprises qui souhaitent maîtriser les tendances de ce marché et comprendre les attentes des internautes en matière de services culinaires.

On apprend par exemple que 41% des consommateurs ont déjà fait des courses alimentaires sur Internet et que la fréquentation des supermarchés en ligne devrait continuer à progresser : 26% des acheteurs affirment en effet qu’ils feront plus de courses sur Internet à l’avenir. Mais les consommateurs explorent également d’autres circuits de distribution : connus par 7 internautes sur 10, les circuits courts pourraient peu à peu s’intégrer dans les habitudes de certains consommateurs. 58% se disent d’ailleurs prêts à ne consommer que des fruits et légumes de saison pour cela.

# Le drive est le système de courses alimentaires sur internet qui s’impose peu à peu. Minoritaire, la livraison à domicile concerne principalement les zones ultra-urbaines (Paris, grandes métropoles) où les domiciles présentent notamment des contraintes d’accès (appartement avec étages sans ascenseurs par ex.)

Drive versus Livraison domicile

 

# Les catégories de produits les plus consommées en drive d’enseignes de grande distribution sont 1- l’épicerie salée, 2- l’épicerie sucrée et 3- les boissons non alcoolisées (eau, soda, …). La répartition des ventes des drive-fermiers est en revanche totalement différente (en volume) : 1- légumes & fruits, 2- produits laitiers et 3- viandes. Plus d’une personne sur quatre prévoit d’augmenter ses achats sur internet à l’avenir (drive – livraison à domicile).

plus d'achats sur internet

 

# Le principal frein à l’achat alimentaire sur internet tient dans le fait de ne pas voir les produits avant de les acheter, notamment le fait de ne pas pouvoir choisir ses fruits et légumes. Notons que ce frein est mineur pour les drive-fermiers dont les commandes sont majoritairement composées de légumes et de fruits pour lesquels le consommateur accorde un important facteur confiance au producteur qui les prépare (cueilli le jour même).

Freins achats alimentaire internet

# Le consommateur réclame plus système de circuits-courts sur internet. Pour acheter directement aux producteurs, ils se disent prêts à 58% à consommer exclusivement des légumes & fruits de saison, à 40% d’acheter des « légumes moches » et pouvant présenter des traces de terre, à 34% de s’adapter à des jours d’ouvertures et plages horaires de retrait plus étroites.

Une étude Retail&detail 2015 révèle par ailleurs que 86% des personnes interrogées fréquenteraient un magasin de producteurs s’il en existait un près de chez eux, et 22% s’il s’agissait d’un drive-fermier.

Internautes aiment circuits courts

 

Source étude Benchmark group

En complément de cette étude Benchmark, il est important de réaliser l’importante complémentarité qui doit être créée entre le magasin (store) et internet (web). Cette étude Fevad/Médiamétrie/Netratings révèle que 68% des clients ayant réalisé un achat en magasin se sont s’abord renseignés sur internet (Web to store) et que 41% des clients ayant réalisé un achat sur internet se sont d’abord rendus en magasin.

Magasin et internet

Et l’influence du digital dans les achats effectués en magasin augmente à une vitesse impressionnante. Même si les grands groupes de distribution ont pris la mesure de cette révolution commerciale, elle menace les commerçants qui n’ont pas encore réalisé l’urgence d’être présent sur internet, via les réseaux sociaux, le e-commerce, le drive.

evolution digital instore sell

Screenshot site mobile drive fermierPar ailleurs le niveau d’utilisation d’internet sur smartphone (ou tablette) est devenu considérable. Comment savoir si un site a été conçu pour mobile ? Faire une recherche dans Google depuis un smartphone. Dans la liste de résultats, Google affiche « Site mobile » si le site internet est « responsive ». Ce critère est désormais déterminant pour le bon référencement des sites dans le moteur de recherche Google (depuis le changement d’algorithme Google d’avril 2015) et pour la bonne utilisation du site internet par les utilisateurs sur un smartphone.

 

Aller plus loin sur ce sujet : C’est quoi exactement un drive fermier ? Créer un drive sur notre magasin fermier ? Conditions de succès d’un projet drive ? Les bonnes questions à se poser pour un projet de vente directe sur internet ? Quelle solution internet choisir ? Besoins de conseil pour un projet de drive fermier ?

 

Eric Lesage, travailleur indépendant en expérimentation sur les échanges entre producteurs locaux et consommateurs sur internet. Expert web & e-commerce depuis 2001, animateur d'un drive de produits fermiers dans le Nord (59) et créateur de la plateforme collaborative drive-fermiers.fr au service des consommateurs et au service de la réussite des projets internet des producteurs locaux.

Écrire une réponse

*

captcha *