Drive ?

Carte de tous les drive-fermiers en France

Carte de tous les DRIVE-FERMIERS en France

C’est quoi exactement un drive ? Qui l’a inventé et quand ? Quelle a été leur évolution ? Est-ce un succès ? Pour quelles raisons ?

Définition : c’est quoi un drive ?

Le terme « drive » est un terme anglo-saxo (drive-in) désignant « l’achat sans sortir de la voiture« . Mac Donald’s (Mac Do) a été le plus médiatique diffuseur de ce mode de vente dans le domaine de la restauration rapide. Dans le secteur des courses alimentaires, le concept consiste à « faire ses courses » sur une interface numérique (borne, ordinateur, téléphone, tablette), puis à les récupérer sur un point d’enlèvement, chargées directement dans le coffre de sa voiture.

Histoire : qui l’a inventé ?

Tout le monde n’est pas d’accord sur ce détail historique qui est pourtant en train de révolutionner peu à peu les courses alimentaires du 21ème siècle.

Auchan Express Leers

L’enseigne Auchan revendique l’invention du « drive » pour avoir créé sur le parking de l’hypermarché Auchan Leers (59) en 2000 un système de commande (produits lourds, encombrants, produits basiques) sur « borne », avec chargement des courses dans le coffre. Ca s’appelait d’abord « Auchan Express », avant de s’appeler « Auchan Drive » par la suite. L’enseigne attribue donc la paternité du 1er drive à Gery Duvet, le collaborateur d’Auchan ayant imaginé et mis en place ce nouveau concept à Leers (59). Je remercie au passage Gery Duvet d’avoir fouillé dans ses archives et eu la gentillesse de  m’avoir envoyé cette photo « collector » de son 1er drive, introuvable jusqu’alors sur internet.

Chronodrive-Marcq en BaroeulL’enseigne Chronodrive revendique elle aussi l’invention du « drive » pour avoir créé à Marcq en Baroeul (59) en 2004, un système de commande de courses alimentaires similaire mais sur « internet », avec chargement des courses dans le coffre. Elle attribue donc la paternité du 1er drive à Ludovic Duprez et Martin Toulemonde, les co-fondateurs de Chronodrive.

Quoi qu’il en soit, retenons que le drive de courses alimentaires a été inventé en France (cocorico!), dans le Nord (bienvenue chez les Ch’tis), et par une entité de l’association familiale Mulliez (AFM).

Recensement : combien de drive ?

Le dernier recensement de mars 2014 dénombrait 2841 drive en France. Il s’est donc créé 3000 drive en 10 ans.

C’est en 2012 et 2013 que l’explosion du nombre de drive est la plus spectaculaire avec la création d’environ 700 drive par an.

Elle s’est un peu ralentie en 2014 mais reste sur un rythme de 300 à 400 ouvertures quand même.

Sources meilleurdrive.com

Sources meilleurdrive.com

Carte drive 2010 2015

Couverture des drives © Nielsen TradeDimensions, avril 2015

 

Panorama du marché du drive en France 2015 : >> lire l’article « Le drive entre dans une nouvelle phase de développement »

Le panier moyen du drive s’élève à 67€, contre 40€ en magasin (supermarché / hypermarché).

 

Marché : que représentent les « drive » ?

enseignes-driveEn 2015, ces 3000 drive représentent un peu plus de 4% de la distribution alimentaire en France et leur part de marché ne cesse de progresser  : 0,7% en janvier 2011,  3,9% en janvier 2014. Lire l’article des Echos « En dix ans le drive a révolutionné la distribution Française«  pour creuser le sujet.

Le drive assure déjà 40% de la croissance du chiffre d’affaires de la grande consommation sur le dernier exercice ! Les 60% restants étant assurés par les hypermarchés, supermarchés et magasins de hard discount.

Consommation : raisons du succès du « drive » ?

Le « ras de bol » de la corvée de courses en hypermarché / supermarché : passer 45 mn en moyenne à pousser son caddie, chercher les produits dans les allées et les manipuler 4 fois (caddie-tapis-caddie-coffre), c’est pas très « fun ».

L’adoption progressive d’internet dans les modes de vie : internet à la maison, haut débit, applications mobiles, smartphone, tablettes contribuent à faire ses courses de façon confortable, rapide et pratique (maison, transports, …). Le drive est devenu le système de course des jeunes : pénétration de 28% chez les jeunes couples, 23% chez les familles avec enfant(s) en maternelle, 21 % avec enfant(s) en primaire (sources Xerfi)

Le succès du « retrait – chargé dans le coffre » : alors que les cybermarchés (Houra, Ooshop, Auchandirect, …) peinent à se développer et à trouver leur rentabilité sur des modèles de livraisons à domicile, les « drive » ont séduit un public plus large et plus vite trouvé leur rentabilité avec un modèle de « retrait » moins coûteux en logistique, moins contraignant pour le client (pas d’attente du livreur sur une plage horaire).

Les barrières à l’achat en ligne tombent : il y a dix ans, acheter des vêtements sur internet sans les essayer, acheter des fruits & légumes sans les choisir ni les « tâter », était encore de la science fiction. Payer sur internet était de l’inconscience.

La meilleure maîtrise de ses achats : avec le drive on n’est pas tenté par les têtes de gondole et moins par les « promos à gogo », on maîtrise mieux son budget, on n’est pas confronté à un choix Cornélien entre 24 pots de cornichons différents. La taille et l’organisation logistique d’un drive nécessite de proposer une gamme restreinte (1 besoin = 1 produit pour simplifier), raison pour laquelle c’est le royaume de la « Marque distributeur » (la plus rentable) et le désert des produits locaux (priorité aux contrats agro-industriels)

Voir aussi : Drive de produits fermiers ? | Carte des « drive » de produits fermiers en France