JT de TF1: le « drive fermier », nouvelle alternative aux grandes surfaces ?

Près de deux millions de Français sont adeptes du « drive », ce moyen de faire ses courses sur Internet et de les retirer rapidement une fois la commande faite. A Moulins (03-Allier), un collectif d’agriculteurs a créé un point de vente collectif, aussi nommé « drive fermier », permettant d’acheter les produits locaux des agriculteurs sans avoir à passer par les grandes surfaces. Une vente sans intermédiaire qui arrange aussi bien les paysans que les consommateurs. Il existe déjà plus de 170 drive-fermiers en France.

Reportage diffusé au JT de TF1 de Jean-Pierre Pernaud le 05 janvier 2016 : le « drive fermier », nouvelle alternative aux grandes surfaces ?

 

A Moulins, Claude Chezeau (Président du point de vente collectif Allier Gourmand & du drive fermier) explique : « le consommateur a besoin de retrouver ses racines et grâce à l’outil internet c’est facile ».

Une consommatrice du drive-fermier témoigne de l’intérêt de ce service proposé par les agriculteurs de son territoire : « Je n’ai pas de jardin, je vis en appartement. Mes parents avaient un jardin. On mangeait les légumes du jardin. Grâce au drive fermier, je continue ».

Pour Sylvain Lacarin, agriculteur au GAEC du village à Cressanges (03240), « le drive-fermier est un excellent moyen de développer la vente directe sans intermédiaires : cela permet de valoriser nos productions auprès de consommateurs locaux, à qui on peut certifier l’origine et la qualité de nos produits, et souvent à des prix inférieurs aux prix pratiqués par la grande distribution ».

Voir la carte de tous les drive des produits fermiers en France

Eric Lesage, travailleur indépendant en expérimentation sur les échanges entre producteurs locaux et consommateurs sur internet. Expert web & e-commerce depuis 2001, animateur d'un drive de produits fermiers dans le Nord (59) et créateur de la plateforme collaborative drive-fermiers.fr au service des consommateurs et au service de la réussite des projets internet des producteurs locaux.

Écrire une réponse

*

captcha *