Questions à se poser ?

Vous vous posez la question de créer un drive de produits fermiers ?

Envisager de se lancer dans un nouveau projet, quel qu’il soit, nécessite de se poser pas mal de questions. Se poser des questions, c’est déjà commencer à y répondre et à éclairer son chemin.

Un projet de vente sur internet-drive (projet e-commerce) ne nécessite normalement pas de faire appel à des consultants ou à des cabinets de conseils aux honoraires souvent faramineux. Il fait d’abord appel au « bon sens paysan », nécessite de se poser pas mal de questions toutes simples et une bonne méthode de travail (gestion de projet) pour identifier et mener à bien toutes les étapes nécessaires à sa réussite. Je rappelle souvent que le choix d’une « solution informatique » se fait lorsqu’on sait précisément ce qu’on veut faire et comment on veut le faire. Faire le contraire et négliger ces étapes préliminaires est le moyen le plus sûr de se planter. Même si cet exercice peut paraître « scolaire » ou donner un peu « mal à la tête », vous verrez que c’est ce vous avez fait intuitivement à chaque fois que vous avez dû faire un choix ou un investissement important pour votre exploitation. La différence c’est qu’il vous sera impossible de vous fier à votre instinct ou de vous contenter des premiers conseils venus dans un domaine qui ne vous est pas familier, voire parfaitement étranger.

Créer un drive de produits fermiers ? Questions à se poser ?Avant de lire cette série de questions, il est indispensable de visualiser le résultat final, l’aboutissement de tout le processus, ce qu’on appelle « l’unité atomique », le point essentiel et central qui ne doit jamais être perdu de vue : « une commande chargée dans le coffre d’une voiture d’un de vos clients » ! A chaque fois que vous perdrez le fil, que la chose deviendra embrumée, reconcentrez-vous sur « la commande chargée dans le coffre de la voiture » composée du plus large panel des productions issues des vos exploitations dont vous avez raison d’être fier et le plaisir qu’auront vos consommateurs de les déguster. Cette photo l’illustre parfaitement.

Prêt ?

VISION ? A quoi j’aimerais que ressemble mon activité dans 5 ans, 10 ans ? Imaginez un éco-système où vos exploitations agricoles nourrissent la communauté de consommateurs que vous avez constitué autour de vous ?

OBJECTIF ? La vente directe est-elle le modèle sur lequel je veux continuer à me développer ? Pourquoi ? Quels sont les problèmes à résoudre ? Internet est-il un moyen de le faire ?

FONDATIONS ? Sur quelles forces puis-je m’appuyer ? Quelle diversité de produits pourrions-nous proposer ? Suis-je capable de travailler en groupe ?

MODÈLE ? Point de retrait des commandes uniquement à la ferme ? chez d’autres producteurs partenaires ? dans un point de vente collectif ? avec un camion sur une zone de bureaux ? sur un parking situé en bordure d’axe routier ? en centre-ville ?

OFFRE-PRODUIT ? Quelles catégories de produits faudrait-il proposer idéalement ? Quels produits je propose actuellement ? Quels producteurs pourraient la compléter ? A qui devrais-je en parler ?

CHAÎNE DU FROID ? Je dispose d’une chambre froide ? d’un véhicule réfrigéré ou pouvant charger un « caisson isotherme » ? d’autres producteurs disposent-ils de ce genre d’équipements ?

LOGISTIQUE ? Où préparer les commandes clients ? à partir du  magasin proposant l’offre la plus large ? dans le hangar d’une exploitation disposant d’une chambre froide ? dans chaque exploitation avec regroupement sur le lieu de retrait ? Mutualiser le transport entre producteurs d’un même secteur et les équipements ? Repartir avec d’autres commandes clients destinées à un autre point de retrait plutôt que de repartir camion vide ?

Questions a la creation d'un drive fermierVous commencez à décrocher ? Reconcentrez-vous sur la finalité (« le coffre ») … raccrochez-vous à des choses familières … préparez la commande dans votre tête à partir d’une liste selon la méthode de la « marche en avant » que vous pratiquez certainement dans votre processus de production / transformation … Au bout de la marche en avant, mettez cette commande dans le coffre de la voiture de votre client. Vous avez repris pied ? Alors continuons :

ORGANISATION ? Faut-il désigner une personne pour coordonner le projet ? Qui peut s’en charger ? Comment se répartir les rôles ? Qui fait la mise à jour du stock sur le site pour les produits dont les quantités sont limitées? Où le client stationne-t-il ? Comment le prend-on en charge rapidement ?

COMMUNICATION ? Comment faire connaître le drive avant qu’il n’ouvre, pour accumuler les inscriptions ? Quelle signalisation sur les accès au site ? Quel balisage pour identifier la zone de stationnement « drive » ?

ANIMATION ? Des dégustations lors du retrait des commandes ? Des infos sur les produits de saison, les exploitations et les producteurs ? Des photos prises sur téléphone et postées immédiatement sur les réseaux sociaux ? Des visites pédagogiques organisées sur les exploitations ?

APRES-VENTE ? Comment contrôler, limiter, résoudre le problème de l’article manquant sur une commande ? Comment prévenir facilement un client ayant oublié de retirer sa commande ? Comment le client contacte-t-il le drive pour une simple question ou en cas de problème ? Comment j’utilise les remontées clients pour progresser ?

Avion décollageCette avalanche de questions doit normalement vous décourager et vous laisser penser que c’est trop … complexe ou compliqué ? Vous connaissez la différence entre compliqué et complexe ? Une assiette de spaghettis (un plat de nouilles entremêlées), c’est complexe. Le tableau de bord d’un Airbus A320, c’est compliqué. Le pilotage d’un « projet drive » nécessite d’apprendre à utiliser de nouveaux outils et d’expérimenter de nouvelles méthodes de travail. Il nécessite 6 mois à un an de préparation avant le décollage, et 6 mois pour trouver sa vitesse de croisière ou passer quelques zones de turbulences. Si ces étapes ont été bien préparées et bien conduites, elles seront franchies avec succès et embarqueront de plus en plus de passagers vers vos lieux de productions et vos lieux de retrait de commandes.

Discutez de quelques-unes de ces questions autour de vous, avec d’autres producteurs, lors d’une prochaine réunion de producteurs (JA, CUMA, communauté de communes, …). N’oubliez pas que c’est votre capacité à travailler ensemble et à unir vos forces qui vous mèneront sur le chemin de l’indépendance, de la valorisation de vos productions, de la modernité.

Mes recherches sur internet m’ont fait découvrir de remarquables réussites de projets collectifs de « drive de produits fermiers ». J’espère que les producteurs à l’initiative de ce drive des « Saveurs Campagnardes » en Savoie ne m’en voudront pas de prendre cette illustration en exemple.

Drive Saveurs Campagnardes

Voir aussi : Conditions de succès d’un projet drive ? | Un projet ? Besoin d’aide à la création ?  Quels sont les nouveaux comportements du « consommateur digital » ?